Les figurant·e·s

Voici les quinze figurant·e·s de l’opéra "Voyage vers l’espoir". Même s’ils·elles n'ont pas ou monter sur la scène du Grand Théâtre de Genève dû aux mesures sanitaires préventives contre le COVID-19, ils·elles nous ont montré tout au long des trois mois de préparation leur persévérance, leur courage et leur force. 
Fadya.jpg

FADYA

Syrie

« Train your brain to only see the good in every situation » telle est la devise de Fadya.

 

Fadya est arrivée en Suisse avec ses trois enfants en 2019. Avant son arrivée à Genève, Fadya était professeure d’arabe langue étrangère et a beaucoup travaillé avec des collégiens. Aujourd’hui elle souhaiterait reprendre des études en migration à l’université à Genève et aimerait trouver, en même temps, un poste de traductrice ou de bénévole à l’ONU.

 

Sa collaboration avec le Grand Théâtre a été particulièrement importante pour elle : Sa fille de 12 ans a également pu participer aux répétitions de la pièce "Voyage vers l’espoir" en tant que jeune figurante. Un beau moment de partage mère-fille.

19.jpg

Natsinet

Erythrée

Une chose est certaine, Natsinet porte très bien son prénom qui signifie « Liberté » en tigrigna, la langue de son pays l’Erythrée.

 

Natsinet est arrivée en Suisse en 2015. Jeune mère d’une fille de 2 ans, aujourd’hui elle souhaite trouver un appartement pour elle et sa fille et trouver un emploi en tant que coiffeuse.

 

Au commencement du projet voyage vers la scène, Natsinet était très timide. Mais très vite, nous avons découvert son énergie débordante et cette joie de vivre communicative qui la définit si bien.  

Latif.jpg

Latif

Irak

Avec sa bonne humeur contagieuse, Latif est la définition même du proverbe « Quand on veut, on peut ! »

 

Après avoir appris le français en à peine trois ans, Latif a réussi son examen d’entrée à l’université de Genève et fait actuellement un bachelor en international business management.

 

Il aimerait bien monter ensuite une entreprise de mode et permettre à des réfugié·e·s d’y travailler. Cette entreprise permettrait une confection interculturelle où tout le monde apporterait son savoir faire et ses traditions.

Yusuf.jpg

Yusuf

Turquie

Arrivé en Suisse 2018, Yusuf, originaire de la Turquie, vivait et étudiait avant au Cameroun. En Suisse, il se prépare pour étudier le génie mécanique à l’EPFL. Il souhaiterait travailler dans l’industrie automobile.

 

Malgré son jeune âge (18 ans), il a su trouver sa place dans le groupe et vaincre sa timidité durant les exercices des ateliers et des répétitions.

Laranjara.jpg

Niranjana

Sri lanka

Niranjana est arrivée en Suisse en 2016 à l’âge de 20 ans. Au Sri Lanka, avant de partir, elle avait terminé le collège et s’apprêtait à étudier pour être enseignante. Bien que son plan ne se soit pas réalisé, elle s’est rapidement adaptée à sa nouvelle vie et après avoir appris le français, elle suit maintenant un pré-apprentissage en hôtellerie pour être gouvernante.

 

Sa participation à ce projet lui a permis d’être plus à l’aise pour aborder et créer un lien social avec les personnes qu’elle ne connaît pas.

Mateus.jpg

Mateus

Angola

Arrivé en Suisse en 2016 après un parcours long et difficile, Mateus est aujourd’hui content de pouvoir y rester, notamment parce que ses 2 enfants ont pu être scolarisés. En Angola, Mateus a exercé plusieurs professions (maçonnerie, peinture, nettoyage…).

 

En Suisse, il souhaite trouver également un travail afin d’être indépendant mais aussi par souci d’intégration et d’adaptation.

 

Au-delà d’être un très bon père, Mateus a su démontrer à travers son implication dans ce projet sa nature consciencieuse et sa détermination.

Habtom.jpg

Habtom

Erythrée

Habtom est arrivé en Suisse en 1991 à l’âge de 14 ans en tant que mineur non-accompagné, il est parti d’Erythrée pendant la guerre pour sa sécurité.

 

Habtom a fait un CFC de mécanicien de précision à l’école de mécanique de Genève après avoir passé trois ans en école d’ingénieur.

 

Il a décidé de participer au projet parce qu’il s’est rapidement identifié à l’histoire de la pièce. Il souhaitait, à travers l’opéra, sensibiliser la population sur le thème de l’exil et sur la réalité de celui-là.

Khodada.jpg

Khodada

Afghanistan

Arrivé en Suisse en 2015 à l’âge de 17 ans, Khodada aimerait travailler dans le domaine de l’art, milieu dans lequel il a déjà acquis une certaine expérience. Lorsqu’il était en classe d’accueil, il a participé à l’atelier théâtre au collège Rousseau, il a également participé à une pièce montée pour un travail de maturité et à un spectacle présenté lors de la 10ème édition du festival Antigel. Aujourd’hui, Khodada fait partie d’une troupe de théâtre, « Tanda Muri » (crois en toi), composée uniquement de personnes issues de l’asile.

 

Il a participé à l’opéra « voyage vers la scène » parce qu’il trouvait intéressant d’analyser comment l’adaptation d’un film à une œuvre musicale était possible. Ne connaissant pas ce répertoire musical, il souhaitait aussi une nouvelle expérience.

Comme il l’a dit si bien à travers les mots d’Albert Camus lors des ateliers : « Un artiste cherche à comprendre, il ne juge pas ».

Jonas.jpg

Jonas

Nigeria

Jonas, qui vient du Diafra au Nigeria, est arrivé en Suisse en 2018 après 10 ans en Italie. Il a quatre enfants. En Italie, il a eu plusieurs postes de travail différents (agriculture, mécanicien, postier DHL).

 

En Suisse, il aimerait un poste dans la construction, en logistique dans un magasin de bricolage ou en tant que jardinier.

 

Toujours de bonne humeur et motivé, Jonas a illuminé les ateliers de sa présence.

Mustafa.png

Mustafa

Turquie

Mustafa est arrivé de Turquie, où il était directeur d’une grande maison d’édition, il y a 14 mois. Etant presque parfaitement bilingue, il souhaite trouver un poste dans le même milieu en Suisse.

 

En attendant de trouver un travail fixe, Mustafa s’implique énormément dans le milieu associatif en tant que bénévole, notamment comme traducteur.

 

Il a souhaité participer au projet “Voyage vers la scène” pour innover un peu dans ses activités quotidiennes et s'impliquer dans un projet en lien avec la mise en scène.

Abdellah.png

Abdullah

Kirghizistan

Abdullah est arrivé en Suisse il y a presque une année et demi. Avant d’immigrer, il était enseignant à l’école primaire au Kirghizistan.

 

Aujourd’hui, il prend toujours des cours de français pour se perfectionner. Il aimerait commencer des études en sciences de l’éducation, travail social ou psychologie en septembre 2020.

 

Les ateliers proposés dans le cadre du projet lui ont permis d’augmenter sa confiance en soi, son courage et lui ont donné une énergie positive.

Mary.jpg

Mary

Nigéria

Mary est arrivée en Suisse en 2016. Originaire du Nigéria, elle a une fille de 3 ans et suit des cours de français.

 

A terme, elle aimerait travailler dans l’hôtellerie ou la restauration pour être indépendante et ainsi pouvoir assurer un avenir à sa fille.

 

Sa participation à ce projet lui a permis d’être plus forte et de prendre la parole en public.

Antidote Insta post (1).png

Wail

Syrie

Arrivé en Suisse en avril 2018, Wail suit aujourd’hui des cours de français pour se perfectionner. En Syrie, il avait un cabinet de technicien dentaire et il était chef d’un cybercafé.

 

Aujourd’hui, Wail aimerait continuer sa profession de technicien dentaire. Il a participé au projet « voyage vers la scène » pour sortir de chez lui un peu plus régulièrement, se faire des contacts et faire une nouvelle expérience, ce qui, selon lui, ouvre l’esprit.  

51A Route du Bois-des-Frères

1219 Le Lignon

+41 22 322 50 50

contact@antidote.ch

  • Facebook
  • Instagram
  • LinkedIn

Suivez-nous

Restons en contact !

Inscrivez-vous à notre newsletter

Tous droits réservés © 2020 Antidote  I  Artwork ramon-valle.net

Droits liés aux images : Carole Parodi et Lucy Antrobus